Certains internautes à la naïvété aiguisée ont fait l'erreur de croire Manuel Valls lorsqu'il affirma en 2018 :

« Quoi qu'il arrive, je resterai à Barcelone ».

Leur déconvenue doit être grande.

En effet, Manuel Valls est de retour, animé par un « ardent désir d'être utile ». Dans cette optique, l'ancien premier ministre n'a pas hésité à prendre la plume pour nous livrer dans l'Opinion sa vision de la France en 2025. Une tribune que la rédaction de FUNKNEWS ne s'est pas risquée à lire, rebutée d'emblée par la formule vide de sens que l'on trouve en guise de chapeau : « les élections législatives de septembre 2024 se sont traduites par une “cohabitation de combat” »

Manuel Valls est un homme qui divise et s'il est souvent qualifié d'opportuniste sans aucun amour propre, le journal Le Monde considère que « son républicanisme impitoyable » peut toutefois en rassurer certains. Le quotidien de Xavier Niel et Matthieu Pigasse oublie cependant d'évoquer une troisième catégorie d'individus, celle qui souhaite le voir s'exiler sur une île déserte. Cette dernière devra néanmoins patienter, Valls préférant roder sur les réseaux sociaux, prêt à saisir la moindre occasion pour nous rappeler son existence. Comble de l'horreur, si vous regardez encore la télévision, Manuel Valls s'invite désormais chez vous depuis qu'il a décroché un poste de chroniqueur sur BFMTV. Des indices qui laissent penser que l'homme un temps considéré comme la personnalité de gauche préférée des français n'est pas près de disparaître de nos fils d'actualité.