Faire exécuter son opposant politique lors d'une campagne électorale reste le meilleur moyen de s'assurer la victoire.

En juin 2021, Anna Paulina Luna, candidate républicaine pour un siège au Congrès en Floride, a accusé un de ses adversaires de fomenter un complot pour l'assassiner. Un enregistrement dans lequel on peut entendre William Braddock - candidat républicain lui aussi - faire référence à des tueurs à gage Russes et Ukrainiens confirme ses dires.

« J'ai accès à des milliards. Pas des millions. Des milliards. [...] Et j'ai mes frères francs-maçons qui m'offrent des tueurs à gage russes. »
0:00
/

Suite à la divulgation de cet enregistrement, Anna Paulina Luna a fait une demande d'injonction d'éloignement contre Braddock, refusée par la juge en charge de l'affaire car cet incident ne « correspondait pas à la définition légale d'un harcèlement répété ». William Braddock abandonna tout de même la course à l'élection et céda sa place à Kevin Hayslett, son avocat lors du procès.

Le 23 août 2022, Hayslett finit deuxième avec 33% des voix, derrière Anna Paulina Luna, qui remporte la primaire républicaine avec 45% des voix.  

Le 8 novembre 2022, Luna remporte les élections de mi-mandat pour le 13ème district de la Floride face au démocrate Eric Lynn et obtient donc un siège au Congrès.

Vaut-il mieux maquiller un assassinat en agression fortuite, en accident ou en suicide ? Dans le monde politico-médiatique, ces préoccupations inexistantes pour le commun des mortels sont peut-être plus fréquentes qu'on ne le pense.