Bientôt un sac à vomi offert avec votre seau de pop-corn ?

Le 3 juin 2002, un jeune nantais de 17 ans s'inspire du film Scream et tue Alice, une de ses amies âgée de 15 ans, en lui assénant 42 coups de couteau. L'assassin déclare lors de sa garde à vue :

« J'avais l'obsession de vivre ce que vivaient les héros de Scream, j'avais envie de tuer comme eux. »

En 2004, le meurtrier écope de 25 ans de prison et suite au procès, les parents d'Alice invite la société à « s'interroger sur la montée de la violence et sur les remèdes à y apporter ».

Au moment du drame, la saga Scream du réalisateur Wes Craven n'en était qu'au stade de trilogie (1996, 1997 et 2000). Depuis, deux autres films et une série ont été tournés, la recette restant la même, des adolescents se faisant poignarder par un tueur masqué. Le film original écrit par Kevin Williamson se vantait de remettre au gout du jour des slashers mythiques tels que Halloween (1978) et Vendredi 13 (1980) tout en y apportant une mise en abyme bienvenue dans le genre. L'aspect « whodunit » (qui est le coupable ?) et le twist final ont également contribué à rendre le film culte. En 2022, les trois acteurs principaux reprennent leur rôle mais la saga - d'un point de vue artistique - a perdu toute raison d'être.

Sydney Prescott et Gale Weathers voient tout le monde mourir autour d'elles pour la cinquième fois

Si la violence et le gore ont réussi à se faire une place sur les écrans de cinéma, cela a pris un certain temps. En 1973, lorsque sort Massacre à la Tronçonneuse, la planète entière est en émoi. Le film ne compte presque pas une goutte de sang et pourtant, il est interdit de diffusion dans de nombreux pays. En France, cinq ministres de la culture successifs l'interdiront avant que le film ne soit finalement autorisé à sortir en 1982. L'année suivante, le film Zombie de George Romero est interdit à son tour par la Commission de classification des œuvres cinématographiques. Cependant, la raison donnée pour justifier cette censure qui durera cinq ans est d'ordre politique. En effet, à l'époque, la commission jugea qu'une scène du film montrant des bikers en train de fracasser des zombies faisait l'apologie de nazisme.

Au XXIe siècle, si la censure s'exerce sur internet, le monde du cinéma peut dormir sur ses deux oreilles. En 2016 sort le film Terrifier - énième slasher mettant en scène un clown - dans lequel un psychopathe décide de pendre une femme par les pieds :

Avant de la découper dans le sens de la longueur avec une scie à métaux :

Ce pervers prend soin de lui retirer ses sous-vêtements et de bien regarder avant de la trancher en deux

En octobre 2022, le Huffington Post nous apprend que la suite de ce chef d'œuvre s'apprête à sortir dans les cinémas français, provoquant déjà nausées et vomissements chez certains spectateurs américains. Ce n'est pas une surprise lorsque l'on sait que le réalisateur du film Damien Leone a déclaré :

« Il y a une scène de meurtre désormais notoire, une scène de scie à métaux, dans la partie 1 dont tout le monde s’éloigne. Nous avons essayé de rivaliser avec cette scène [dans Terrifier 2] »

Il faut bien divertir le public.

Sorti le 11 janvier 2023 en France, le film semble avoir parfaitement rempli son rôle, les Cahiers du Cinéma, Le Monde et Libération lui ayant attribué la note de 4/5.